Bien vermifuger son chien et son chat

Pourquoi vermifuger ?

Près d'un animal de compagnie sur deux (chien et chat) est porteur de vers digestifs. Les symptômes sont le plus souvent discrets et peu caractéristiques, mais l'absence de manifestation clinique ne signifie pas que votre animal n'est pas parasité ni qu'il ne puisse potentiellement vous contaminer.

Les deux types de vers digestifs des chiens et des chats

Les nématodes (ou vers ronds)

Ils ont l'aspect de spaghettis, avec un corps rétréci aux extrémités. Les vers adultes peuvent selon les espèces mesurer de quelques millimètres à quelques centimètres et vivent accrochés à la paroi du tube digestif de l'animal parasité. Ils se nourrissent de sang ou absorbent leur nourriture à partir du bol digestif de l'animal. Il existe des nématodes femelles et des nématodes mâles qui se reproduisent dans le tube digestif.

Chaque ver adulte femelle peut produire 200 000 oeufs par jour. Après avoir été déposés dans les matières fécales, ces oeufs se transforment en larves qui peuvent à leur tour contaminer d'autres animaux domestiques. Ces larves migrent alors dans l'organisme de leur hôte à travers différents organes, causant au passage des lésions, et finissent par retourner dans le tube digestif où elles se transforment en adultes.

Les principaux nématodes parasites des chiens et des chats sont :

  • les ankylostomes (chiens / chats)
  • les ascaris (chiens / chats)
  • les trichures (chiens)

Les cestodes (ou vers plats ou ténias)

Ils parasitent l'intestin grêle des chiens et des chats. Leur corps est applati, composé d'une partie antérieure leur permettant de s'accrocher à la paroi intestinale, d'un cou et d'une succession de segments ou anneaux dont la taille peut atteindre plusieurs mètres.

Les cestodes sont presque tous hermaphrodites, chacun de leur segment étant pourvu d'organes sexuels mâles et femelles assurant leur propre reproduction. Les segments terminaux contiennent des oeufs et se détachent progressivement du corps pour être éliminés dans les matières fécales de l'animal.

Ces oeufs sont ingérés par un hôte intermédiaire (puce, rongeur, ruminant) et se transforment en larves qui se développent dans les différents organes de cet hôte, causant au passage des lésions (kystes) pouvant être mortelles pour l'animal en question. Ces hôtes intermédiaires contaminés peuvent être consommés par les chiens ou les chats : les larves sont alors libérées dans leur tube digestif où elles se transforment en vers adultes.

Les principaux cestodes parasites des chiens et des chats sont :

  • les dilépididés (chien, chat)
  • les ténidés (chien, chat)
  • les échinocoques (chien, chat) Les risques pour la santé

Les risques pour l'animal

Après la contamination, les vers migrent à travers l'organisme de l'animal avant de se fixer au niveau du tube digestif. Les lésions que les vers causent aux organes au cours de cette migration peuvent être considérables, conduisant à une altération générale de l'état de santé de l'animal.

D'autre part les vers se nourrissent en absorbant le sang ou la nourriture présente dans le tube digestif : pour un chiot ou un chaton, une forte infestation peut avoir des conséquences mortelles.

S'ils sont présents, les symptômes varient en fonction de l'âge de l'animal, de son état de santé et de son degré d'infestation. Les symptômes ne sont généralement pas caractéristiques d'une espèce de vers, c'est pourquoi il est recommandé d'utiliser un vermifuge actif sur toutes les espèces de vers digestifs du chien et du chat.

Les symptômes suivants peuvent évoquer une contamination par des vers digestifs :

  • oeufs ou larves visibles dans les matières fécales (« grains de riz »)
  • vomissements  anémie (muqueuses pâles)
  • diarrhée avec parfois présence de sang
  • pelage terne, piqué
  • retard de croissance, perte de poids, amaigrissement
  • ventre ballonné chez les jeunes animaux
  • diminution générale de la vitalité

Les risques pour l'homme

Un certain nombre de vers digestifs des chiens et des chats sont transmissibles à l'homme (cette contamination de l'animal à l'homme est appelée zoonose). Lors d'une contamination par ce type de vers, l'homme est appelé « faux hôte » car les larves qui se développent dans son organisme ne seront pas capables de se transformer en adultes.

La migration des larves peut cependant être à l'origine de lésions au niveau de différents organes (par exemple diminution de l'acuité visuelle consécutive à une atteinte de la rétine après ingestion d'oeufs d'ascaridés). Les conséquences de ces lésions peuvent s'avérer dans certains cas gravissimes, comme lors de l'ingestion accidentelle d'oeufs d'échiniccoques (risque de lésions hépatiques, pulmonaires, cérébrales), c'est pourquoi il est très impératif de prévenir une contamination par ces vers parasites.

Quand vermifuger ?

L'utilisation de vermifuges dépend, entre autres, de l'âge de votre animal. Les nouveaux-nés et les jeunes animaux courent un plus grand risque car leur système immunitaire est immature.

La mère peut également être source de contamination, les chiots et les chatons pouvant être contaminés par des vers digestifs avant leur naissance par passage transplacentaire ou après la mise bas par l'intermédiare du lait maternel. Il est donc indispensable de vermifuger également les femelles en gestation ou en lactation ainsi que les animaux dès leur plus jeune âge.

Un animal adulte doit quant à lui être vermifugé régulièrement, à un rythme dépendant de son mode de vie (au minimum 2 fois par an). Le calendrier pour les chats

  • Chatons : toutes les 2 semaines jusqu'à 3 mois puis 1 fois par mois jusqu'à 6 mois, puis 2 à 4 fois par an (la chatte allaitante est vermifugée en même temps)
  • Chat adulte : 2 à 4 fois par an en fonction du mode de vie
  • Chat ou chaton nouveau au foyer : dès l'acquisition puis de nouveau 2 semaines après

Le calendrier pour les chiens

  • Chiots : toutes les 2 semaines jusqu'à 3 mois puis 1 fois par mois jusqu'à 6 mois, puis 2 à 4 fois par an.
  • Chienne : avant l'accouplement, à la mise bas, à la 2ème et 4ème semaine après la mise bas.
  • Chien adulte : 2 à 4 fois par an en fonction du mode de vie.
  • Chien ou chiot nouveau au foyer : dès l'acquisition puis de nouveau 2 semaines après.

Comment vermifuger ?

  • Vermifuge en pipette : il existe un vermifuge pour chat en pipette efficace contre les vers ronds et les vers plats. La solution contenue dans la pipette est à appliquer directement sur la peau du chat, à la base du cou.
  • Vermifuge en comprimé : de manière à faciliter la prise du vermifuge il existe des comprimés aromatisés à la viande, que l'on peut placer dans la gamelle de l'animal, mélangés ou non à sa nourriture, ou proposés comme une friandise, directement dans la main.
    Un comprimé spécial grand chien est également disponible et permet d'éviter la prise de plusieurs comprimés.
  • Vermifuge en pâte : la pâte en applicateur est idéale pour vermifuger les chiennes allaitantes et leurs chiots. La pâte administrée sur la langue va adhérer à celle-ci et l'animal va avaler en douceur son vermifuge. Il existe également des pâtes que l'on peut mélanger à la nourriture.
  • Vermifuge en suspension buvable : spécialement conçue pour les chiots, la suspension buvable est utilisable dès que le chien a besoin d'être vermifugé, c'est-à-dire dès l'âge de 2 semaines. Elle est très facile à administrer, soit directement dans la gueule de l'animal soit mélangée à sa nourriture.